On détruit 100 milliard d'euro... et les journalistes sont contents

Pic from "The Telegraph"
La Grèce vient de procéder à une destruction de valeur de 100 milliard d'euro et les journalistes sont contents car 80% des créanciers ont préférés cette option à tout perdre.

ya pas un truc qui cloche ???

Update : ne ratez pas les commentaires !

Comments

Anonymous said…
d'autant plus que, quand une entreprise est en redressement judiciaire, on accepte d'effacer une partie de la dette en contrepartie d'un plan de redressement crédible. Cela permet notamment :
- de sauver l'entreprise;
- de sauver les 20% restant de créances.

et pour la Grèce, quel est le plan ?
Anonymous said…
This comment has been removed by a blog administrator.
Louis said…
Non ce n'est tout à fait cela.


En effet, la destruction de valeur a eu lieu au fil des derniers mois. Les banques ou autres investisseurs ont d'ailleurs sanctionné cela dans leurs comptes depuis longtemps en provisionnant les créances sur la Grèce très largement.


Là on l'annonce ! mais c'était déjà "acté" dans les comptes et dans les cours de Bourse des banques, compagnie d'assurances et autres ...


La relative nouveauté c'est que les Grecs font la fine bouche : ils ont l'air de dire que puis ce n'est pas 100% des créanciers qui ont donné leur accord, alors ils n'ont pas 106 ou 108 milliards d'euros d'annulation de dettes ! Alors ça ne va pas ! Donc ils imposent cette réduction de la créance d'office !


Et ça c'est gravissime, cela signifie qu'un état européen est en défaut, en faillite .......


Mais alors qu'attend la France pour faire pareil ? ou l'Espagne ? ou le Portugal ? ou tous réunis ?
Vincent said…
Pour les journalistes... ils se demandent pourquoi les cours de bourses ne s'envolent pas aujourd’hui, pourquoi le CAC est stable et pourquoi l'eurogroup fait une déclaration extrêmement prudente...

Parfois le "journaliste" n'a pas d'impact sur l'actualité !

Popular posts from this blog

USA abandons ICANN 1 month before the US elections

FTC empowered by US court of appeal to regulate cybersecurity